Responsables : Anne-Isabelle Bouton, Andrzej Chankowski, Grégoire Poccardi

Le thème concerne l’étude des critères de reconnaissance d’un groupe ou d’une personne par rapport à un autre groupe ou une autre personne qui lui est ou lui serait « différent ». Les programmes peuvent porter sur les cadres politique (institutions, idéologies), religieux (rites, pratiques funéraires), philosophique (paganismes et christianisme), économique (modes de production, modes de transport, système de distribution, commerce et échanges) et social (groupes ou personnes) sur l’ensemble des mondes anciens. Les sources mobilisées sont multiples et de tous ordres, qu’il s’agisse de documentation iconographique, épigraphique ou papyrologique, de corpus issus de la transmission manuscrite médiévale, ou de vestiges matériels.

Les projets inscrits dans le thème 2 insistent sur la dimension diachronique des phénomènes étudiés, qu’ils soient politiques, religieux, culturels ou qu’ils relèvent des cultures matérielles. Il s’agit de mettre en évidence les processus d’évolution et de transformation, d’analyser les différents facteurs qui en sont les causes.

Le thème 2 vise enfin à mettre en lumière les représentations associées aux identités, ainsi que celles qui sont à l’œuvre dans divers types de pratiques existantes dans les mondes anciens. Sont soumis à l’analyse aussi bien les représentations mentales que les supports textuels, épigraphiques, iconographiques qui les sous-tendent. Ces représentations par essence évolutives produisent et accompagnent un certain nombre de transformations dans les différents domaines étudiés : les représentations attachées au mythe et à l’imaginaire, les représentations du pouvoir politique, enfin celles que d’autres pratiques et savoirs renvoient de la philosophie antique.